Objectif Montagne

Initiation à l'alpinisme et conseils pour pratiquer la montagne en toute sécurité

Cas particuliers

Posté par on Avr 3, 2013

Coupe glacier

Schéma avalanche-net

 

Rimayes

Rimaye_1Photo skitour

Ce sont des crevasses qui se forment au pied des parois rocheuses ou des couloirs de glace, lorsqu’il y a un brusque changement dans l’inclinaison de la pente.

En début de saison, elles sont souvent partiellement bouchées par des restes de coulée de neige provenant des pentes supérieures. Pour les franchir, prendre les mêmes précautions que dans le cas des crevasses.

En fin de saison, elles sont beaucoup plus ouvertes et présentent souvent une dénivellation importante entre la lèvre inférieure et la lèvre supérieure. Elles deviennent alors beaucoup plus difficiles à négocier. Si la neige est molle et instable il ne faut pas hésiter à enfoncer les bras le plus profondément possible. Parfois il est nécessaire de pratiquer la courte-échelle. Dans des cas extrêmes, le grimpeur est parfois amené à utiliser des techniques de progression artificielle.

L’endroit où se franchit la rimaye doit être choisi avec soin. Il faut tenir compte non seulement de sa difficulté mais aussi de son exposition aux chutes de pierres ou de glace.

Pour cette raison, il est bon d’aller repérer le meilleur passage la veille de la course et, si besoin est, de l’équiper.

A la descente, les précautions à prendre sont à peu près les mêmes qu’à la montée. Si la rimaye est ouverte, il faut la sauter en étant très souple à la réception. Si elle est trop haute, il faut poser un rappel.

Séracs

Sérac_1Photo hebdo.ch

Un sérac est un bloc de glace de grande taille formé par la fracturation (dépassement du seuil de plasticité de la glace) d’un glacier. Etant donné que les glaciers « coulent » continuellement, des pans de séracs peuvent s’écrouler de façon soudaine et imprévisible à n’importe quel moment.

Traverser une zone de sérac est extrêmement dangereux pour les montagnards. On parle de risque objectif. Chaque année, les chutes de séracs sont  à l’origine de nombreux accidents.

Crevasse ouverte

Si elle est en glace, on saute à l’endroit où elle est la plus étroite, mais aussi à l’endroit où les aires d’élan et de réception sont les meilleures.

Si elle est en neige, se déplacer latéralement pour voir si les lèvres de la crevasse sont surplombantes, puis, bien assuré, avancer jusqu’au bord en tassant la neige sous les pieds. Si la crevasse n’est pas trop large, sauter du bord, sinon revenir quelques pas en arrière pour prendre son élan.

Tenir le piolet légèrement en avant et de côté, être souple à la réception. Si l’on juge que la réception est délicate enlever les crampons.

Crevasse couverte et pont de neige

Il faut apprendre à deviner les crevasses couvertes, ce sont les plus dangereuses. Au printemps ou en été, elles sont décelables par l’aspect de la neige qui les recouvre: celle-ci est mate, sa surface est légèrement incurvée et parfois parcourue de petites fentes.

Dans la mesure du possible, contourner la crevasse. Si cela n’est pas possible, utiliser un pont de neige pour la franchir. Bien assuré par le second, le premier de cordée avance avec prudence, sans à coups, en sondant la neige avec son piolet.

En cas d’effondrement, se jeter vivement en avant ou en arrière de tout son long, sans lâcher le piolet. Si le pont paraît fragile, passer « à quatre pattes », ou même en rampant, afin de répartir le poids du corps sur une plus grande surface.

Pont-de-neige_1

Photo skitour

Les ponts de neige sont particulièrement dangereux aux premières neiges et en cas de redoux.

 

Corniches

CornicheElles se forment sur les arêtes, du côté opposé au vent et surplombent le vide. Leur taille est variable, mais il arrive qu’elles avancent de plus de 20 mètres sur le vide. Il est impossible d’estimer leur solidité. Il est donc dangereux de progresser sous des corniches ou de s’avancer jusqu’à dominer le vide.
La zone de progression la plus sûre se trouve en contrebas.
Extrait de avalanche-net.

Arêtes de neige

Lorsqu’elles sont en bonne neige et sans corniches, les arêtes ne présentent pas de danger particulier. Les grimpeurs progressent ensemble, en suivant le fil (l’encordement est très court). Si un membre de la cordée tombe d’un côté, l’autre doit sauter du côté opposé de l’arête; c’est le seul moyen de s’en sortir.

Lorsque l’arête est aiguë, le grimpeur progresse en se tenant à califourchon sur l’arête. Ce moyen, s’il n’est pas rapide et, en revanche, très sûr.

Lorsque l’arête est fragile parce qu’elle est en neige instable et/ou bordée d’une corniche, la progression se fait en contrebas en utilisant les techniques de cramponnage en traversée. Dans ce cas, l’assurage est plus délicat. En revanche, si chaque grimpeur a la possibilité de progresser sur le versant opposé, l’assurage est alors automatiquement réalisé.

Suivant: Cordée
Home

7 Comments

  1. Hi, i read your blog from time to time and i own a similar one and i was just curious if you
    get a lot of spam responses? If so how do you prevent it, any plugin or anything
    you can advise? I get so much lately it’s driving me insane so any support is very much appreciated.

  2. hello there and thank you for your information – I’ve certainly picked up anything new from right here.

    I did however expertise some technical issues using this site, as I experienced to reload the website
    a lot of times previous to I could get it to load properly.
    I had been wondering if your web host is OK? Not that
    I’m complaining, but sluggish loading instances times will
    very frequently affect your placement in google and could damage your quality score if advertising and
    marketing with Adwords. Anyway I am adding this RSS to my e-mail and could look out for a lot more of your respective fascinating content.

    Ensure that you update this again very soon.

  3. I am sure this article has touched all the internet users,
    its really really nice paragraph on building up new website.

  4. Have you ever considered about including a
    little bit more than just your articles? I mean, what you
    say is valuable and everything. However just imagine
    if you added some great visuals or videos to give your posts more, « pop »!
    Your content is excellent but with pics and video clips, this site could undeniably
    be one of the most beneficial in its niche.
    Fantastic blog!

  5. I think that everything posted was actually very reasonable.
    However, what about this? what if you were to write a killer post title?
    I mean, I don’t want to tell you how to run your website, but what if you
    added a headline that grabbed people’s attention? I mean Cas particuliers | Objectif Montagne is a
    little boring. You should glance at Yahoo’s front page and see how they create news titles to get people to click.
    You might try adding a video or a picture or two to get people excited about everything’ve got
    to say. Just my opinion, it would bring your posts a little bit more interesting.

  6. I know this if off topic but I’m looking into starting my own blog and was wondering what all is required to get set up?
    I’m assuming having a blog like yours would cost
    a pretty penny? I’m not very web smart so I’m not 100% positive.
    Any suggestions or advice would be greatly
    appreciated. Appreciate it

    • I am using WordPress to create a free website or blog. It is the most used content management system in the world and you don’t need to master a programming language to do so. Infomaniak would host your site or blog.
      Purchasing hosting services from Infomaniak you will be offered 130 WordPress themes.

Envoyé un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *