Points d’assurages sur neige et glace

Points d’assurages sur neige et glace

Contrairement au rocher,
il n’existe pratiquement pas de points d’assurages naturels sur neige et glace

Points d’assurages sur neige

La neige n’étant pas un matériau très consistant, un piolet enfoncé verticalement dans une telle substance, plus ou moins molle, ne peut en aucun cas retenir directement un choc.

L’utilisation d’un corps-mort enfoui dans la neige procure un encrage beaucoup plus sûr. Cela peut être un piolet, un sac à dos, une bûche, un sac rempli de neige, etc… Un autre moyen consiste à élaborer un champignon de neige.

Installation d’un piolet comme corps-mort

Creuser une tranchée horizontale de la taille du piolet ainsi qu’une tranchée plus étroite et moins profonde perpendiculaire à la première afin que l’ensemble forme un « T ». Fixer un anneau de sangle ou une cordelette (noeud de cabestan) au milieu du manche et placer le piolet horizontalement dans la tranchée du haut la sangle passant dans la jambe du « T ». Recouvrir le tout de neige et bien tasser. Ce système est toujours plus résistant qu’un piolet enfoncé verticalement. Se placer en aval du relais.
Extrait du Syndicat National des Guides de Montagne.

Champignon de neige

Confectionner un champignon de neige prend du temps car il doit être fait avec soin.
Bien tasser la neige. Creuser une tranchée circulaire qui sera plus profonde côté amont. Placer une protection puis la sangle ou la cordelette. Moins la neige est consistante plus grand sera le champignon (mais au minimum 150 cm de diamètre et 30 cm de hauteur). Lors d’un rappel, une grande longueur de cordelette ou de sangle sera abandonnée.
Extrait du Syndicat National des Guides de Montagne.

Pour assurer un premier de cordée en neige il convient de faire un assurage plus dynamique qu’en rocher ou glace.

Le demi-cabestan est peu recommandé car il n’est pas assez dynamique en pareil circonstance. Il est préférable, par exemple, d’utiliser le 8 « huit »; et prévoir une plus grande réserve de corde de freinage.

Points d’assurages sur glace

Relais sur broche à glace

Placer une broche à glace n’est pas compliqué. Dégager la surface de l’éventuelle couche de neige ou de glace de mauvaise qualité et enfoncer la broche en la vissant. Pour faciliter l’amorçage il suffit de pratiquer une encoche avec la pointe du piolet, délicatement. Plus la broche est longue, meilleure est sa tenue.

Un relais est constitué de deux broches, distantes de 20 à 30 cm et décalées dans le plan vertical pour éviter que toutes les deux ne se trouvent malencontreusement dans une même fissure horizontale invisible à l’oeil.

Une fois installées les broches seront recouvertes de neige ou de glace pour éviter que la chaleur extérieure ne se propage le long du métal et ne vienne fragiliser le couple broche-glace. Utiliser une grande sangle (à défaut une cordelette de 8 m/m) pour relier les broches entre elles.

Pour ce faire, fixer un mousqueton dans chaque broche et passer la sangle (cordelette) dans les mousquetons. Dans le cas d’une sangle non cousue (ou d’une cordelette) passer celle-ci directement dans l’oeillet des broches et nouer la sangle avec un noeud de sangle (noeud de pêcheur double pour une cordelette).

Il est important que la sangle (cordelette) puisse coulisser librement au niveau des broches. Si tel est le cas, la force de traction sera également répartie entre chaque point d’amarrage quelle que soit la direction de la traction. Placer un mousqueton à vis sur les deux brins de la sangle (cordelette) de telle sorte que celle-ci prenne la forme d’un « V ».

ATTENTION cependant. Si l’une des broches vient à lâcher, le mousqueton va glisser le long de la sangle (cordelette) et de la broche libre est s’en est fini de l’assurage.

Pour éviter que le mousqueton ne s’en aille, et vous avec, il faut impérativement faire une boucle sur l’une des deux parties de la sangle (cordelette), simplement en croisant le brin.

On peut également faire un noeud avec les deux brins de la sangle (cordelette). Le mousqueton sera placé dans la petite boucle. Ce système est encore plus sûr, mais on ne bénéficie plus de la répartition automatique de la force de traction !

Une séquence vidéo de TVMountain, en partenariat avec Millet, explique toute la procédure en images.

Lunule

Ce système permet de confectionner un ancrage en creusant un petit tunnel dans la glace à l’aide d’une broche. On y passe une cordelette de 7 – 8 mm de diamètre que l’on noue avec un double noeud de pêcheur. Lors d’un rappel, par exemple, seule la cordelette sera abandonnée.
Pour ce faire, il est nécessaire d’avoir une broche à glace, et un crochet spécial en vente dans le commerce.
Extrait du site Forum Mont-Blanc, Chamonix (photo de Jérôme).

Faire un premier trou à l’aide de la broche, faisant un angle d’environ 60 degrés avec la surface. Placer le crochet dans le trou pour visualiser l’angle que doit faire le deuxième trou, symétrique, qui doit rejoindre le premier.
Image Petzl.

Faire passer la cordelette dans l’un des trous en la tordant sur elle-même et à l’aide du crochet tirer sur celle-ci pour la faire ressortir par l’autre trou. Nouer les deux bouts à l’aide d’un noeud de pêcheur.
Si « a » fait 10 cm la lunule peut résister à environ 6 kN soit 610 kg en bonne glace.

Image Petzl.

Broches à glace

Broches à glace

Les broches à glace (ou vis à glace) se présentent sous la forme de tubes munis d’un pas de vis très large.

Une fois installées, ce sont elles qui tiennent le mieux dans tout type de glace.

Lorsqu’il fait très froid, il faut, une fois qu’elles sont retirées, les réchauffer pour faire sortir la carotte de glace qui reste collée à l’intérieur. Autrement il est impossible de la replacer.

Lors de l’achat, assurez-vous que l’intérieur est parfaitement poli.

Une broche à glace tubulaire bien mise, dans une glace saine,  peut soutenir un poids de plus de 1000 kg. Plus elles sont longues mieux elles tiennent.

Mais ce qui fait la résistance de la broche à glace c’est avant tout la qualité de la glace.

Porter les broches de façon à ce qu’elles ne provoquent pas de blessures en cas de chute. Il est conseillé de les fixer soit aux attaches latérales soit à la base de la bretelle du sac à dos. On peut aussi les porter au baudrier, sur le côté ou légèrement en arrière. Mais surtout pas sur les anneaux de buste. Il est recommandé d’équiper la pointe des broches d’une protection.

Le sac à dos

Remarques générales sur le matériel

Les magasins spécialisés regorgent de matériel de toute sorte, aux formes futuristes, aux couleurs chatoyantes et aux noms exotiques, le rêve ?..  Un rêve qui peut rapidement se transformer en cauchemar sous la forme d’un gouffre financier et d’un casse-tête technique si l’on n’y prend pas garde. Les indications qui suivent ne concernent que le matériel de base avec lequel le montagnard, aussi bien débutant que moyen, peut faire la plupart des courses. Le jour où vous aurez besoin de matériel spécialisé vous n’aurez probablement plus besoin de lire cette prose.

Quelques remarques générales sur les sac à dos

♦ Le sac à dos sera plutôt étroit, ne débordant pas du dos et, si possible, en forme de hotte (plus large en haut qu’en bas).

♦ Sans armature rigide.

♦ Sans poches latérales ni lanières de fixation des ski, ou alors amovibles.

♦ Avec poche(s) dans le rabat.

♦ Avec lanière ventrale très large (pour faire participer les hanches au portage).

♦ Imperméable avec fond doublé (peu de sacs sont réellement imperméables, prévoir un grand sac poubelle en plastique que l’on utilisera comme sac intérieur de protection contre l’humidité).

♦ Surtout, éviter une surabondance de gadgets qui augmentent le prix, le poids et les ennuis pendant la course.

Enfin, se souvenir que plus le sac est grand, plus on en met, et plus il est lourd à porter !

Conseils: 

Il peut arriver que la sangle nylon des bretelles glisse dans la boucle. On peut la bloquer en la tordant d’un tour sur elle-même avant de la passer dans la deuxième partie de la boucle.

J’ai un sac à dos de 30 litres pour les courses de deux jours, et un autre de 45 litres pour les courses plus longues.

Avant-propos équipement et matériel

Équipement et matériel permettent au montagnard de vivre et de se déplacer en altitude. Un manque d’équipement ainsi que du matériel en mauvais état ou non testé, sont la cause de nombreux accidents. Leur étude est donc particulièrement importante.

Mais… « La technique résout les problèmes et apporte des satisfactions mais elle n’est qu’un moyen et reste pauvre si on la sépare de l’esprit qui la guide » Gaston Rébuffat.

Quel que soit le matériel utilisé il est essentiel de savoir s’en servir correctement