objectif montagne.ch

votre site sur la pratique de l’alpinisme

your mountaineering website

Vous voulez aller plus haut et revenir en toute sécurité ? … Il ne faut pas en faire toute une montagne  !

Do you want to go higher and come back safely ? … There’s no need to make a mountain out of a molehill !

La glace / The ice

La glace / The ice

La glace

La transformation de la neige en névé puis en glace donne naissance aux glaciers

Dans les Alpes, dans les versants orientés vers le nord, c’est au-dessus de 3’000 à 3’500 m d’altitude que les rochers sont tout ou en partie recouverts d’une carapace de glace épaisse et permanente (parois glaciaires). Cette glace coule, lentement, et va rejoindre un bassin d’accumulation (ou vallée glacière). Selon la nature du terrain sous-jacent des séracs suspendus peuvent se former sur la paroi. Ils sont d’autant plus dangereux qu’ils peuvent se détacher à tout moment.

Avec la hausse de la moyenne des températures de ces dernières années, les parois glacières diminuent, la roche est mise à nu et se désagrège sous l’influence des conditions météorologiques.
Parallèlement, la limite inférieure du pergélisol remonte. Elle se situe actuellement à environ 2800 m dans un versant nord et à plus de 3500 m dans un versant sud. En dessous de ces hauteurs, la glace qui faisait office de ciment a disparu et la stabilité des parois rocheuses est fortement compromise.

Si les parois glacières réservent de mauvaises surprises, ce n’est pas pour autant qu’un glacier plat et rectiligne est exempt de dangers.

Tout glacier se déplace. Dans les Alpes, les glaciers combinent un mouvement par déformation de la glace et par glissement. Les vitesses sont de l’ordre de quelques dizaines à quelques centaines de mètres par année.

Comme les différentes parties du glacier ne se déplacent pas à la même vitesse, et qu’il y a des ruptures de pente, il se forme des crevasses et des seracs. Les séracs s’évitent. les crevasses aussi quand on les voit…
…mais recouvertes de neige, le montagnard a vite fait de tomber dans une oubliette !

The ice

The transformation of snow into firn and then ice gives rise to glaciers

In the Alps, on north-facing slopes above 3,000 to 3,500 m, the rocks are wholly or partly covered by a thick, permanent shell of ice (glacier walls). This ice flows slowly into an accumulation basin (or glacial valley). Depending on the nature of the underlying terrain, hanging seracs can form on the wall. They are all the more dangerous in that they can break off at any moment.

With the rise in average temperatures in recent years, the ice walls are shrinking and the rock is being exposed and disintegrating under the influence of the weather.
At the same time, the lower limit of the permafrost is rising. It currently stands at around 2800 m on a north-facing slope and at over 3500 m on a south-facing slope. Below these heights, the ice that acted as a cement has disappeared and the stability of the rock faces is seriously compromised.

While glacier walls can hold some nasty surprises, that doesn’t mean that a flat, straight glacier is without its dangers.

All glaciers move. In the Alps, glaciers move by a combination of ice deformation and sliding. Speeds range from a few dozen to a few hundred metres per year.

As the different parts of the glacier do not move at the same speed, and there are breaks in the slope, crevasses and seracs form. Seracs can be avoided, as can crevasses when you see them…
…but once they’re covered in snow, the mountaineer will soon find himself in a dungeon!

La glace / The ice

Neige, avalanches et corniches / Snow, avalanches and cornices

Neige, avalanches et corniches

La neige

La neige est un matériau poreux constitué de glace et d’air qui évolue sans cesse sous l’influence des conditions extérieures.

Le flocon de neige est constitué de cristaux qui peuvent prendre des formes géométriques très variées. Selon leur aspect, les cristaux s’accrochent donc plus ou moins facilement entre eux et déterminent la consistance des flocons qui s’agglomèrent pour former un manteau neigeux très complexe.

En général, il est poudreux au départ, mais dans un laps de temps très court les cristaux de glace se soudent à leurs points de contact et forment ainsi une structure poreuse continue, une « mousse de glace ». Mais cette structure n’est en aucun cas figée. Selon les conditions ambiantes (température, vent et rayonnement), elle continue à évoluer.

L’interaction entre les couches de neige et la structure du sol sur lequelle elles reposent, constitue l’autre facteur important qui détermine les caractéristiques du manteau neigeux. La genèse des avalanches dépend essentiellement des caractéristiques de ce manteau neigeux.

La neige est à l’origine de nombreux pièges pour le montagnard.

 

     ♦ Avalanches

    ♦ Les corniches

    ♦ Les ponts de neige

Les avalanches

Sont l’un des dangers naturels les plus importants. Elles constituent une menace permanente pour le montagnard quelle que soit la saison.

On peut classer les avalanches selon leur type d’écoulement.

Avalanche de poudreuse

Elle concerne une épaisse couche de neige sèche, sans eau liquide, très froide et peu dense. L’instabilité résulte de l’accumulation sur une pente raide et c’est son propre poids qui fait glisser la neige par gravité, d’abord ponctuellement puis sur la plus grande largeur de pente possible. La cause principale de l’avalanche est la surcharge, qu’elle soit due à une nouvelle chute de neige abondante ou au passage d’un skieur ou d’un marcheur. Ce type d’avalanche est rare en période estivale, sauf en très haute altitude.

Avalanche de plaques

Ces avalanches, souvent déclenchées par des skieurs ou des marcheurs, sont celles qui font le plus de victimes. Elles impliquent parfois des plaques à vent, mais dans presque tous les cas une couche fragile sous-jacente de neige à faible cohésion en représente le principal facteur de risque. Si parfois on peut être alerté par des bruits de soufflement ou d’effondrement quand on marche dessus, il n’est généralement pas possible de les reconnaître a priori. Elles sont particulièrement dangereuses pour le montagnard.

Avalanche de fonte

Ce type d’avalanche est directement lié à la présence d’eau liquide (fonte superficielle ou pluie). Ces avalanches se produisent au cours de réchauffements importants, accompagnés ou non de pluie. Leur trajectoire est guidée par le relief. Ces avalanches sont fréquentes au printemps. Elles sont sans doute moins inquiétantes parce qu’elles sont un peu plus prévisibles, se déclenchant notamment dans l’après-midi et sur les pentes exposées plein Sud.

Les corniches

Le transport de la neige par le vent en montagne, est à l’origine des corniches (et des plaques à vent qui y sont associées). Les corniches sont des accumulations de neige au niveau des arêtes, qui peuvent surplomber le vide de plusieurs mètres. Elles peuvent se rompre à tout moment. Sur l’arête, le montagnard avisé marchera éloigné du vide. En dessous, il évitera de progresser sous ces amas de neige.

Les ponts de neige

Des ponts se forment par accumulation de neige arc-boutée comme une voûte entre les lèvres d’une crevasse, d’une rimaye, ou toute autre ouverture dans le terrain. Un pont de neige peut couvrir complètement l’ouverture et donc présenter un danger supplémentaire. Si quelquefois ils sont repérables (léger affaissement, ou distinction du bord de la lèvre de la crevasse), souvent ils sont indécelables. Plus dangereux encore, la transformation rapide de la neige l’été peu rendre un pont de neige praticable le matin très tôt, et infranchissable quelques heures plus tard lors de la descente.

Image extraite de l’exposition « D’un pôle à l’autre ».

Snow, avalanches and cornices

 

The snow

Snow is a porous material made up of ice and air that is constantly changing under the influence of external conditions.

Snowflakes are made up of crystals that can take on a wide variety of geometric shapes. Depending on their appearance, the crystals cling to each other more or less easily and determine the consistency of the flakes, which clump together to form a highly complex blanket of snow.

In general, it starts out powdery, but in a very short space of time the ice crystals fuse together at their points of contact to form a continuous porous structure, an « ice foam ». But this structure is by no means fixed. Depending on the ambient conditions (temperature, wind and radiation), it continues to evolve.

The interaction between the layers of snow and the structure of the ground on which they rest is the other important factor that determines the characteristics of the snowpack. Avalanche generation depends essentially on the characteristics of the snowpac

Snow is the source of many pitfalls for mountaineers.

 

     ♦ Avalanches

     ♦ Cornices

     ♦ Snow bridges

Les avalanches

Are one of the most significant natural hazards. They are a constant threat to mountain dwellers whatever the season.

Avalanches can be classified according to their type of flow.

Powder avalanche

It involves a thick layer of dry snow, with no liquid water, which is very cold and not very dense. The instability results from the accumulation of snow on a steep slope, and it is the snow’s own weight that causes it to slide by gravity, first in places and then over the greatest possible width of the slope. The main cause of an avalanche is overloading, whether due to a new heavy snowfall or the passage of a skier or walker. This type of avalanche is rare in summer, except at very high altitudes.

Slab avalanche

These avalanches, often triggered by skiers or walkers, are the ones that claim the most victims. They sometimes involve wind slabs, but in almost all cases a fragile underlying layer of low-cohesion snow is the main risk factor. Although you can sometimes be alerted by sounds of blowing or collapsing when you walk on them, it is generally not possible to recognise them a priori. They are particularly dangerous for mountaineers.

Melt avalanche

This type of avalanche is directly linked to the presence of liquid water (surface melt or rain). These avalanches occur during periods of significant warming, with or without rain. Their trajectory is guided by the terrain. These avalanches are common in spring. They are probably less worrying because they are a little more predictable, starting in the afternoon and on south-facing slopes.

Cornices

The transport of snow by the wind in the mountains is at the origin of cornices (and the associated wind plates). Cornices are accumulations of snow on the ridges, which can overhang the void by several metres. They can break at any time. On the ridge, the wise mountaineer will walk away from the void. Below the ridge, they should avoid walking under these snowdrifts.

Snow bridges

Bridges are formed by the accumulation of snow arched like a vault between the lips of a crevasse, rimaye or other opening in the terrain. A snow bridge can completely cover the opening and therefore present an additional danger. While sometimes they can be spotted (slight subsidence, or distinction of the edge of the lip of the crevasse), often they are undetectable. Even more dangerous, the rapid transformation of the snow in summer can make a snow bridge passable very early in the morning, but impassable a few hours later on the descent.

Image taken from the « From one pole to the other » exhibition.

La glace / The ice

Les roches du montagnard / Rocks for mountain dwellers

Les roches du montagnard

Pour une escalade
toute en finesse

Pour une escalade
plus
athlétique

Pour se faire peur

Le grès

Est constitué de grains de sable liés entre eux par un ciment. Il est, de par sa nature même, friable. Mais s’il est recouvert d’une patine qui le met à l’abri de la désagrégation on a alors une roche compacte et solide. La surface peut en être relativement lisse avec des grattons allongés (réglettes), des trous et des excavations, là où l’érosion éolienne s’est exercée. On le trouve rarement en haute montagne. En France, la forêt de Fontainebleau est connue pour ses blocs de grès. Annot, au coeur des Alpes de Haute-Provence, offre de magnifiques falaises de grès.

Les calcaires

Forment une vaste famille dont les membres se rencontrent partout. Des Calanques à l’Annapurna, les calcaires s’entassent sur 8 kilomètres d’épaisseur et servent d’armature à la plupart de nos montagnes. En Europe, on le trouve en général à moins de 3000 mètres, sauf dans l’Oberland Bernois, les Dolomites et la Vanoise. C’est une roche à base de carbonate de chaux.

Certains calcaires contiennent des débris organiques d’autres, comme les coraux, ont étés construit par des organismes vivants, c’est le cas du calcaire urgonien du Vercors ou de la Chartreuse. Certains contiennent de la silice, d’autres du carbonate de magnésium (dolomie).

Le caractère primordial du calcaire est sa solubilité. Selon sa composition, le calcaire engendre des formes très diverses. Dans le cas de la dolomie, par exemple, le carbonate de chaux est soluble tandis que le carbonate de magnésium ne l’est pas d’où les formes ruiniformes, très travaillées du relief dolomitique. C’est une roche qui est également sensible au gel. Le résultat, ce sont les chutes de pierres incessantes de l’Eiger et de la Grande Casse.

Au total le calcaire n’est pas sans défauts, mais son abondance et sa variété en font la roche reine du varappeur. Il engendre un type d’escalade aérienne, tout en finesse. C’est la roche pédagogique par excellence: « tout dans la tête et les pieds ».

Les granits

Sont la roche mère de l’écorce terrestre. Ils n’apparaissent pas souvent à la surface dans les massifs jeunes. Les granits sont relativement importants dans les Pyrénées et en Corse. Dans les Alpes, on les trouve surtout dans la zone axiale des Alpes occidentales: massif des Ecrins, chaîne du Mont-Blanc, en Suisse centrale (Salbitschin), et dans les Grisons (Piz Badile).

C’est une roche à structure purement cristalline qui évolue par altération chimique. Cela donne une surface extrêmement rugueuse, très adhérente.

La Protogine est un granit dont les cristaux ont été déformés par compression et dont le mica a été chloritisé. Il est très solide et donne de superbes monolithes tels que les Drus, le Capucin et la Dibona. Ce granit présente des diaclases qui favorisent l’érosion mécanique. La roche tend à s’écailler en fragments de grande taille, c’est la desquamation. Peu plastiques, ces granits cassent selon des lignes nettes et engendrent de belles failles.

Ces structures déterminent un style d’escalade particulier avec prépondérance des mouvements d’opposition et des coincements.

Le gneiss

A la même composition minérale que le granit (quartz, mica, feldspath), mais avec une disposition stratifiée des éléments. C’est une roche multicolore avec des effets de gaufrage.

Il y a différents types de gneiss. Le gneiss piémontais est comparable au meilleur des granits avec toutefois une rugosité moindre, une grande fréquence de petites écailles et une forte sculpture superficielle des dalles (Argentera, Grand Paradis, Aiguille du Pouce). Le gneiss de l’Oisans lui, chevauche les granits dans presque tous les grands sommets du massif homonyme. Il se caractérise par une grande raideur, par une structure imbriquée riche en prises mais souvent difficile à pitonner. Les gneiss helvétiques et tyroliens se retrouvent dans la plupart des massifs des Alpes centrales (Cervin, Oberland). Il se signale par des constructions pyramidales grandioses. Il est souvent fracturé et pas toujours solide. On pourrait le situer quelque part entre le gneiss piémontais et les schistes cristallins. Il donne de belles arêtes.

Pour gravir le granit et le gneiss « En plus de la tête et des pieds… il faut avoir des bras ».

Les schistes

Il présentent une structure très feuilletée. Les pentes sont rarement fortes. Ce sont des roches à gravir … par les couloirs de glace. Les schistes cristallins se présentent sous forme de plaques solides et compactes aux rebords friables. Ils donnent de belles dalles aux arêtes tranchantes avoisinant de lamentables éboulis.

Mountaineer’s rocks

For climbing
with finesse

For a more
athletic climbing

To scare yourself

Sandstone

Made up of grains of sand bound together with cement. By its very nature, it is friable. But if it is covered with a patina that protects it from disintegration, the result is a compact, solid rock.

The surface may be relatively smooth, with elongated scrapes, holes and excavations where wind erosion has taken place. It is rarely found in the high mountains.

In France, the Fontainebleau forest is famous for its sandstone boulders. Annot, in the heart of the Alpes de Haute-Provence, boasts magnificent sandstone cliffs.

Limestone

They form a vast family whose members can be found everywhere. From the Calanques to Annapurna, limestone is 8 kilometres thick and forms the framework of most of our mountains. In Europe, it is generally found below 3,000 metres, except in the Bernese Oberland, the Dolomites and the Vanoise. It is a carbonate of lime-based rock.

Some limestones contain organic debris, while others, such as coral, were built by living organisms, as in the case of the Urgonian limestone of the Vercors or Chartreuse. Some contain silica, others magnesium carbonate (dolomite).

The most important characteristic of limestone is its solubility. Depending on its composition, limestone produces very different forms. In the case of dolomite, for example, carbonate of lime is soluble while magnesium carbonate is not, hence the ruiniform, highly worked forms of the dolomitic relief. This rock is also sensitive to frost. The result is the incessant rockfalls on the Eiger and Grande Casse.

All in all, limestone is not without its faults, but its abundance and variety make it the rock of choice for rock climbers. It gives rise to a type of aerial climbing that’s all about finesse. It is the teaching rock par excellence: « everything in your head and feet ».

Granites

Are the parent rock of the earth’s crust. They do not often appear at the surface in young mountain ranges. Granites are relatively important in the Pyrenees and Corsica. In the Alps, they are found mainly in the central zone of the western Alps: the Ecrins massif, the Mont Blanc range, in central Switzerland (Salbitschin) and in Graubünden (Piz Badile).

It is a rock with a purely crystalline structure that evolves through chemical alteration. The result is an extremely rough, highly adhesive surface.

Protogine is a granite whose crystals have been deformed by compression and whose mica has been chloritised. It is very solid and produces superb monoliths such as the Drus, Capucin and Dibona. This granite has diaclases that encourage mechanical erosion. The rock tends to flake into large fragments, a process known as desquamation. Not very plastic, these granites break along clean lines and create beautiful faults.

These structures determine a particular style of climbing with a preponderance of oppositional movements and jamming.

Gneisses

It has the same mineral composition as granite (quartz, mica, feldspar), but with a layered arrangement of elements. It is a multicoloured rock with embossed effects.

There are different types of gneiss. Piedmont gneiss is comparable to the best granites, although it is less rough, has a high frequency of small flakes and is heavily sculpted on the surface of the slabs (Argentera, Grand Paradis, Aiguille du Pouce). The Oisans gneiss overlaps the granites on almost all the major summits of the Oisans massif. It is characterised by great steepness and an interlocking structure rich in holds, but often difficult to piton.

Helvetian and Tyrolean gneiss are found in most of the massifs of the central Alps (Matterhorn, Oberland). It is characterised by its grandiose pyramidal structures. It is often fractured and not always solid. It lies somewhere between Piedmont gneiss and crystalline schist. It produces some beautiful ridges.

To climb granite and gneiss « As well as your head and feet… you need arms ».

Shales

They have a very flaky structure. Slopes are rarely steep. These rocks are best climbed… through ice corridors. Crystalline schists come in the form of solid, compact slabs with crumbly edges. They produce beautiful slabs with sharp edges, next to pitiful scree.

La glace / The ice

Les roches du géologue / The geologist’s rocks

Les roches du géologue

Ces roches sont des agrégats naturels d’un ou de plusieurs minéraux, et parfois aussi de substances non cristallisées.
Les roches affleurantes dérivent essentiellement de trois processus physico-chimiques:
la cristallisation à partir d’une matière en fusion, la précipitation à partir d’une solution et la recristallisation.

Les roches sédimentaires

Couvrent les trois quarts des terres émergées, sont l’aboutissement de la transformation de roches préexistantes, due à la gravité, aux agents atmosphériques et aux organismes vivants. Parmi ce type de roches figurent l’anthracite, le silex, le gypse, l’argile, le grès et les calcaires.

Les roches magmatiques

Proviennent de la cristallisation plus ou moins rapide du magma. On peut classer ces roches en fonction du milieu géologique de leur mise en place, auxquelles correspondent différentes conditions de pression et différentes vitesses de refroidissement.

On distingue ainsi les roches intrusives (ou plutonites), les roches hypoabyssales et les roches effusives. Les roches intrusives se sont cristallisées lentement en profondeur, sous une pression telle que le dégagement du gaz magmatique n’a pas été possible. Les roches hypoabyssales ont cristallisé à des profondeurs intermédiaires, sous une pression suffisante pour que trop de gaz ne s’échappe pas, mais de manière rapide. Les roches effusives enfin, ont cristallisé en surface ce qui fait qu’elles se sont dégazées et qu’elles se sont refroidies très rapidement.

Parmi les roches magmatiques figurent le granit (intrusives), le gabbro (intrusives), le basalte (effusive), l’obsidienne (effusive), la pierre ponce (effusive), le porphyre (hypoabissale) ou encore la granophyte (hypoabissale).

Les roches métamorphiques

Sont des roches qui ont subi une transformation du fait de températures et de pressions très élevées. Ainsi, le grès s’est transformé en quartzite, le calcaire en marbre, le granit en gneiss.

 

Toutes les roches ne constituent pas un terrain propice à l’escalade, loin s’en faut.

The geologist’s rocks

These rocks are natural aggregates of one or more minerals, and sometimes also of non-crystallised substances.
Outcropping rocks are essentially derived from three physico-chemical processes:
crystallisation from a molten material, precipitation from a solution and recrystallisation.

Sedimentary rocks

Cover three quarters of the earth’s surface, and are the result of the transformation of pre-existing rocks by gravity, atmospheric agents and living organisms. They include anthracite, flint, gypsum, clay, sandstone and limestone.

Magmatic rocks

Result from the crystallisation of magma at varying rates. These rocks can be classified according to the geological environment in which they were formed, with different pressure conditions and cooling rates.

A distinction is made between intrusive rocks (or plutonites), hypoabyssal rocks and effusive rocks. Intrusive rocks crystallised slowly at depth, under such pressure that the magmatic gas could not be released. Hypoabyssal rocks crystallised at intermediate depths, under sufficient pressure to prevent too much gas escaping, but rapidly. Finally, effusive rocks crystallised at the surface, so they degassed and cooled very quickly.

Magmatic rocks include granite (intrusive), gabbro (intrusive), basalt (effusive), obsidian (effusive), pumice (effusive), porphyry (hypoabissal) and granophyte (hypoabissal).

Metamorphic rocks

These are rocks that have undergone a transformation as a result of very high temperatures and pressures. Sandstone has been transformed into quartzite, limestone into marble and granite into gneiss.

 

Not all rocks are suitable for climbing, far from it.

La glace / The ice

Géographie et milieu Alpin / Geography and Alpine environment

Géographie et milieu alpin

Géographie

Géographie

Le massif des Alpes est un ensemble montagneux qui s’étend sur 1200 kilomètres, du col d’Altare en Italie, à Vienne en Autriche.

Il est partagé par huit pays : l’Italie, la France, Monaco, la Suisse, l’Autriche, le Liechtenstein, l’Allemagne, et la Slovénie. Sa largeur varie de 130 à 250 km.

Les Alpes peuvent être subdivisées en trois entités: les Alpes occidentales (de la Méditerranée au Valais), les Alpes centrales (entre le Valais et les Grisons), et les Alpes orientales (des Grisons à Vienne).

Ce massif couvre environ 300.000 km² et est peuplé de quelques 13 millions de personnes. Soit une densité de 43 habitants au km². Une densité élevée pour un massif montagneux.

Des informations détaillées sur la géologie, la géographie physique et la géographie humaine des Alpes sont disponibles sous l’article Alpes de l’encyclopédie Larousse.

L’ensemble du relief de la chaîne des Alpes peut être visualisé ci-dessous

Le milieu alpin

En montagne, la végétation change progressivement selon l’altitude, l’exposition au soleil, et la situation géographique du massif montagneux.

On distingue cinq « étages » ou écosystèmes successifs, avec pour chacun un paysage et une végétation caractéristique.

Les cinq écosystèmes successifs :

  1. étage collinéen, jusqu’à 800m d’altitude
  2. étage montagnard, entre 800m et 1400-1700m
  3. étage subalpin, entre 1400-1700m et 1800-2400m
  4. étage alpin, entre 1800-2400m et 3000m
  5. étage nival, au-dessus de 3000m

Davantage d’information sur WikipédiA à la rubrique Flore des Alpes.

En principe, le randonneur ne s’aventure pas au-delà de l’étage alpin. Le montagnard, lui, va monter plus haut et évoluer sur un terrain où prédominent les roches, la neige et la glace. Ces éléments imposent de faire une distinction fondamentale entre différents types de progression.

Nous y reviendrons plus tard lorsque nous aborderons l’étude des différentes techniques de progression.

Toutes les roches ne sont pas propices à la pratique de l’escalade. Il y a toutes celles du géologue, et celles qui font la joie du montagnard.

Respect de l’environnement

Le montagnard, respectueux de l’environnement, s’efforcera de préserver le milieu dans lequel il évolue.

Pour l’aider dans cette démarche, le CAS met à disposition un aide-mémoire sur les bonnes pratiques à observer lors des courses en moyenne et haute montagne.

Geography and the Alpine environment

Géographie

Geography

The Alps are a mountain range stretching 1200 kilometres from the Altare Pass in Italy to Vienna in Austria.

It is shared by eight countries: Italy, France, Monaco, Switzerland, Austria, Liechtenstein, Germany and Slovenia. Its width varies from 130 to 250 km.

The Alps can be divided into three parts: the Western Alps (from the Mediterranean to the Valais), the Central Alps (between the Valais and the Grisons) and the Eastern Alps (from the Grisons to Vienna).

The massif covers some 300,000 km² and is home to some 13 million people. That’s a density of 43 inhabitants per km². A high density for a mountain range.

Detailed information on the geology, physical geography and human geography of the Alps can be found in the Alps article in the Larousse encyclopaedia.

The relief of the Alps can be seen below

The Alpine environment

In the mountains, vegetation changes progressively according to altitude, exposure to the sun and the geographical location of the mountain range.

There are five successive « levels » or ecosystems, each with its own landscape and characteristic vegetation.

The five successive ecosystems :

1) hilly zone, up to 800m altitude
2) montane level, between 800m and 1400-1700m
3) subalpine level, between 1400-1700m and 1800-2400m
4) alpine stage, between 1800-2400m and 3000m
5) nival stage, above 3000m

More information on WikipédiA under Alpine flora.

In principle, hikers do not venture beyond the Alpine level. A mountaineer, on the other hand, will climb higher and move through terrain dominated by rock, snow and ice. These factors require a fundamental distinction to be made between different types of progression.

We’ll come back to this later when we look at the different progression techniques.

Not all rocks are suitable for climbing. There are all the geologists’ rocks, and all the rocks that delight mountain climbers.

Respecting the environment

Mountain climbers are respectful of the environment and will do their utmost to preserve it.

To help them do this, the SAC has produced a checklist of good practice to be observed during medium- and high-mountain tours.