Objectif Montagne

Initiation à l'alpinisme et conseils pour pratiquer la montagne en toute sécurité

Exploit ou plaisir

Posté par on Juil 11, 2018

TENIR L’HORAIRE… OU AVOIR DU PLAISIR ?   Ayant pratiqué la montagne pendant de nombreuses années, et parcouru de très nombreux sentiers notamment dans le Val d’Anniviers, j’ai été souvent surpris de ne pouvoir tenir les horaires indiqués sur les panneaux. Suis-je à ce point en méforme ou y a t’il un problème avec les horaires affichés ? Question posée à un guide de la région. Il s’avère que les horaires en questions sont calculés par ordinateur. Il semblerait donc que le programme de calcul, qui est inhumain par nature, donne la priorité à l’exploit plutôt qu’au plaisir. Si vous voulez vous éviter des retours tardifs ou une fatigue excessive, ajoutez quelques 10-20% aux horaires indiqués. Vous pouvez calculer vous-même les horaires. Voir la marche à suivre dans https://www.objectif-montagne.ch/preparation-dun-plan-de-marche/...

Lire la suite

La marche d’approche

Posté par on Mar 29, 2013

Le départ du refuge se fera en fonction de la course prévue et après avoir demandé conseil au gardien. En tout état de cause, partir le plus tôt possible. On regrette rarement d’être parti trop tôt, mais toujours d’être parti trop tard aimait à dire Gaston Rebuffat La plupart du temps, le départ se fera de nuit. Pour cette raison, on aura eu le soin, la veille, d’aller reconnaître une partie du cheminement alors qu’il fait encore jour. La lampe frontale sera en parfait état de marche. Contrôler l’itinéraire en surveillant l’azimut, l’altitude et le temps de marche en se référant au plan de marche. Ne pas suivre forcement les lumières des cordées parties devant. Elles peuvent ne pas faire la même course que vous. On s’encorde dès que cela s’avère nécessaire; c’est une question de jugement et d’expérience. Cependant, on s’encorde toujours sur un glacier enneigé. Attention: la corde sert à enrayer une chute et non à multiplier le nombre des victimes. >...

Lire la suite

Préparation d’un plan de marche

Posté par on Mar 25, 2013

Prenons un exemple Vous devez vous rendre de l’hôtel Weisshorn au sommet du Toûno (Val d’Anniviers, Suisse). On visualise d’abord l’itinéraire sur la carte puis on établi le plan de marche correspondant. Agrandir le plan       PLAN DE MARCHE LIEU ALTITUDE AZIMUT DENIVELE DISTANCE HORAIRE Hôtel Weisshorn 2337 … … … … Les Faches 2340 118 3 800 10 Vijivi 2442 123 102 600 20 Lac 2659 100 217 1700 46 Toûno 3017 352 358 1000 74 Pour calculer le temps de marche, additionner la distance parcourue (en kilomètres) au dénivelé (en hectomètres), le tout multiplié par un indice fonction de la difficulté. Le résultat donne le temps en minutes. La formule: (distance (km) + dénivellation (hm)) x indice = temps (minutes) Calculons donc le temps de marche pour monter de l’hôtel Weisshorn au sommet du Toûno. De l’hôtel au lac, distance 3.1 km, dénivelé 320 m, sentier sac léger (indice 12). Du lac au sommet, distance 1 km, dénivelé 360 m, pierriers (indice 16). Hôtel – Lac: (3.10 + 3.20) x 12 = 76 minutes Lac – Toûno: (1.00 + 3.60) x 16 = 74 minutes Total: 76 + 74 = 150 minutes soit 2h30 Les indices en fonction des difficultés de marche: INDICESa DIFFICULTE MONTEE DESCENTE sentier, sac léger 12 8 sentier, sac lourd 14 9 pierrier 16 6 blocs de rochers 20 19 aCes indices sont donnés à titre indicatif. Ils sont modifiables en fonction des expériences individuelles. Azimut de retour Pour revenir sur ses pas, il faut savoir calculer l’azimut de retour (contre azimut). Pour le calculer, il suffit d’ajouter 180° (si l’azimut est inférieur à 180°), ou retrancher 180° (si l’azimut excède 180°). Exemples: Contre azimut de 60o => 60 + 180 = 240o. Contre azimut de 310o => 310 – 180 = 130o   Le meilleur moyen pour acquérir les connaissances nécessaires est de suivre un cours pratique d’orientation. De nombreux sites offrent la possibilité d’acquérir une formation théorique. Parmi ceux-ci, Notions de Boussole et d’Orientation, le très ludique site de Jean-Pierre Fillion. Autres outils et moyens Il est très frustrant de se lever tôt, de trimballer un sac lourd, et d’avoir des ampoules aux pieds, pour se retrouver au milieu de nulle part… et pas sur le sommet convoité. Pour éviter ces déboires, en plus des cartes, il est judicieux de se référer à d’autres sources telles que les topo-guides...

Lire la suite

Entraînement physique

Posté par on Mar 1, 2013

    Mieux entraîné, le montagnard a davantage de chance de réussir la course, mais c’est surtout au niveau du plaisir et de la sécurité qu’il en tirera tout le bénéfice. Bien que l’on pense d’emblée à l’entraînement physique, les entraînements psychique et technique ne doivent pas être négligés. L’entraînement physique est pris ici au sens physiologique du terme; en tant que préparation défensive à l’égard des agressions de la montagne: Effort Climat Altitude Entraînement à l’effort L’entraînement à l’effort a pour but de développer l’endurance et la résistance. L’endurance est la faculté de fournir un effort moyen pendant une longue période, type marche en haute montagne. La résistance est la faculté de fournir un effort soutenu pendant une période relativement brève, type passage d’un surplomb en escalade. L’entraînement développe le système cardio-vasculaire, le système respiratoire et le système musculaire. La marche La culture physique L’escalade La marche Il est important de commencer cet entraînement plusieurs mois avant la période des courses en altitude. Il est nécessaire de pratiquer la marche régulièrement (au moins une fois par semaine) et dans la nature. C’est l’entraînement le plus simple et le plus efficace en matière de montagne. Choisir un parcours varié afin d’alterner les plats et les montées. Le but n’est pas de marcher de plus en plus vite mais d’acquérir de la puissance et un automatisme de cadence. Il est bon de parcourir de longues distances, d’un pas lent et régulier (le pas du montagnard), ponctuées d’arrêts courts et régulièrement répartis. En ce qui me concerne, je m’octroie un repos de cinq minutes toutes les heures (et j’en profite pour boire). La randonnée pédestre intensive (au minimum 5 heures) est une bonne préparation à la montagne. La montée au refuge est finalement une randonnée. Cette dernière fait donc partie intégrante d’une course en montagne. La course à pied (après contrôle médical), la natation, et le cyclisme sont également de bons moyens de s’entraîner à l’endurance. La culture physique Elle représente un bon complément. En outre c’est un moyen de développer la résistance. L’escalade L’escalade est un excellent moyen d’améliorer son entraînement physique tout en perfectionnant sa technique. Le meilleur entraînement s’acquiert dans les « blocs ». Cela permet l’enchaînement rapide des passages dans un effort analogue à celui de la course à pied, ainsi qu’un apprentissage de tous les mouvements d’escalade, aussi bien à la montée qu’à la descente. Entraînement au climat...

Lire la suite