Objectif Montagne

Initiation à l'alpinisme et conseils pour pratiquer la montagne en toute sécurité

Cas particuliers

Posté par on Avr 3, 2013

Rimayes Séracs Crevasses Corniches Arêtes Schéma avalanche-net   Rimayes Photo skitour Ce sont des crevasses qui se forment au pied des parois rocheuses ou des couloirs de glace, lorsqu’il y a un brusque changement dans l’inclinaison de la pente. En début de saison, elles sont souvent partiellement bouchées par des restes de coulée de neige provenant des pentes supérieures. Pour les franchir, prendre les mêmes précautions que dans le cas des crevasses. En fin de saison, elles sont beaucoup plus ouvertes et présentent souvent une dénivellation importante entre la lèvre inférieure et la lèvre supérieure. Elles deviennent alors beaucoup plus difficiles à négocier. Si la neige est molle et instable il ne faut pas hésiter à enfoncer les bras le plus profondément possible. Parfois il est nécessaire de pratiquer la courte-échelle. Dans des cas extrêmes, le grimpeur est parfois amené à utiliser des techniques de progression artificielle. L’endroit où se franchit la rimaye doit être choisi avec soin. Il faut tenir compte non seulement de sa difficulté mais aussi de son exposition aux chutes de pierres ou de glace. Pour cette raison, il est bon d’aller repérer le meilleur passage la veille de la course et, si besoin est, de l’équiper. A la descente, les précautions à prendre sont à peu près les mêmes qu’à la montée. Si la rimaye est ouverte, il faut la sauter en étant très souple à la réception. Si elle est trop haute, il faut poser un rappel. Séracs Photo hebdo.ch Un sérac est un bloc de glace de grande taille formé par la fracturation (dépassement du seuil de plasticité de la glace) d’un glacier. Etant donné que les glaciers « coulent » continuellement, des pans de séracs peuvent s’écrouler de façon soudaine et imprévisible à n’importe quel moment. Traverser une zone de sérac est extrêmement dangereux pour les montagnards. On parle de risque objectif. Chaque année, les chutes de séracs sont  à l’origine de nombreux accidents. Crevasse ouverte Si elle est en glace, on saute à l’endroit où elle est la plus étroite, mais aussi à l’endroit où les aires d’élan et de réception sont les meilleures. Si elle est en neige, se déplacer latéralement pour voir si les lèvres de la crevasse sont surplombantes, puis, bien assuré, avancer jusqu’au bord en tassant la neige sous les pieds. Si la crevasse n’est pas trop large, sauter du bord, sinon revenir quelques pas en arrière pour prendre son élan. Tenir...

Lire la suite

Neige, avalanches et corniches

Posté par on Fév 14, 2013

La neige La neige est un matériau poreux constitué de glace et d’air qui évolue sans cesse sous l’influence des conditions extérieures. Le flocon de neige est constitué de cristaux qui peuvent prendre des formes géométriques très variées. Selon leur aspect, les cristaux s’accrochent donc plus ou moins facilement entre eux et déterminent la consistance des flocons qui s’agglomèrent pour former un manteau neigeux très complexe. En général, il est poudreux au départ, mais dans un laps de temps très court les cristaux de glace se soudent à leurs points de contact et forment ainsi une structure poreuse continue, une « mousse de glace ». Mais cette structure n’est en aucun cas figée. Selon les conditions ambiantes (température, vent et rayonnement), elle continue à évoluer. L’interaction entre les couches de neige et la structure du sol sur lequelle elles reposent, constitue l’autre facteur important qui détermine les caractéristiques du manteau neigeux. La genèse des avalanches dépend essentiellement des caractéristiques de ce manteau neigeux. La neige est à l’origine de nombreux pièges pour le montagnard. Avalanches Les corniches Les ponts de neige Les avalanches Sont l’un des dangers naturels les plus importants. Elles constituent une menace permanente pour le montagnard quelle que soit la saison. On peut classer les avalanches selon leur type d’écoulement. Avalanche de poudreuse Elle concerne une épaisse couche de neige sèche, sans eau liquide, très froide et peu dense. L’instabilité résulte de l’accumulation sur une pente raide et c’est son propre poids qui fait glisser la neige par gravité, d’abord ponctuellement puis sur la plus grande largeur de pente possible. La cause principale de l’avalanche est la surcharge, qu’elle soit due à une nouvelle chute de neige abondante ou au passage d’un skieur ou d’un marcheur. Ce type d’avalanche est rare en période estivale, sauf en très haute altitude. Avalanche de plaques Ces avalanches, souvent déclenchées par des skieurs ou des marcheurs, sont celles qui font le plus de victimes. Elles impliquent parfois des plaques à vent, mais dans presque tous les cas une couche fragile sous-jacente de neige à faible cohésion en représente le principal facteur de risque. Si parfois on peut être alerté par des bruits de soufflement ou d’effondrement quand on marche dessus, il n’est généralement pas possible de les reconnaître a priori. Elles sont particulièrement dangereuses pour le montagnard. Avalanche de fonte Ce type d’avalanche est directement lié à la présence d’eau...

Lire la suite