Encordement sur glacier

Sur un glacier recouvert de neige
il est impératif de s’encorder

ENSA Chamonix

Si l’on fait des nœuds de freinage sur la corde, pour remonter ou moufler la personne tombée en crevasse,
il faut obligatoirement lui envoyer la réserve de corde ou une corde annexe.

Nœuds de freinage

Des nœuds pour faciliter le freinage

La chute en crevasse est un des risques majeurs lors de l’approche glaciaire. Emporter du matériel pour le mouflage et connaître les techniques de hissage est une précaution indispensable. Mais en cas de chute en crevasse, il faut d’abord stopper la chute de son compagnon, sans être entraîné soi-même dans le trou. À deux, un seul équipier va devoir faire contre-poids. Il est alors important d’avoir mis toutes les chances de son côté…

ÉTUDE SUR LES NŒUDS DE FREINAGE

Une étude de l’ENSA (Ecole Nationale de Ski et d’Alpinisme)

 

DO BRAKE KNOTS WORK ?

les noeuds sur la corde sont’ils utiles ?

Quand doit-on assurer ?

La corde est là pour enrayer une chute et non pour multiplier le nombre des victimes.

Pour décider si oui ou non il est nécessaire d’assurer, le grimpeur doit mobiliser ses cellules grises et faire, en toute lucidité, le rapport entre:

  • la difficulté du passage à gravir, d’une part et…
  • d’autre part, sa technique, sa vigueur physique et son moral.

De ce rapport découle la décision.

Cependant, au cours de l’escalade, des incidents peuvent se produire et provoquer une chute. C’est pourquoi celui qui assure doit, avant que le compagnon ne commence à grimper, faire un effort d’imagination consistant à prévoir les conséquences d’une chute éventuelle pour s’assurer que les moyens mis en oeuvre pour l’enrayer sont adéquats.

Pour ce faire, il doit être capable de:

  • Prévoir l’importance et la direction de la chute selon l’emplacement du grimpeur, l’inclinaison de la paroi, le cheminement, les points d’assurages intermédiaires, etc.
  • S’assurer de la possibilité de stopper la chute selon les caractéristiques du relais.

Si, par exemple, lors d’une chute la force de traction sur le relais va s’exercer vers le haut, une sangle passée autour d’une pointe de rocher ne sera d’aucune utilité. De même, un piolet enfoncé verticalement dans la neige ne sera pas en mesure de fournir un encrage suffisant pour retenir un choc suite à une glissade.

L’assurage est à la fois une prise de conscience, une responsabilité, une technique délicate et une préparation. Il ne faut compter ni sur la chance, ni sur l’improvisation.

Distances d’encordement

La distance d’encordement est fonction
de la nature du terrain, de la difficulté et de la longueur des passages.

En terrain rocheux facile

Les deux membres de la cordée progressent ensemble à environ deux mètres d’intervalle et corde tendue. Le leader tient deux ou trois mètres de corde dans la main afin de pouvoir négocier un pas délicat sans déséquilibrer son compagnon, ou pour assurer le second sur un bref passage. Ces anneaux sont lovés régulièrement dans la main et se terminent par un tour mort autour de la main.

En terrain assez difficile

Chaque membre progresse à tour de rôle, assuré par son compagnon. La distance d’encordement sera un peu plus longue que la distance entre chaque relais, afin que le premier de cordée puisse atteindre le relais supérieur, et qu’en cas de chute lors du dernier rétablissement il puisse encore bénéficier d’un assurage dynamique.

Si la progression pendant une portion de l’ascension devient facile, au lieu de conserver de nombreux anneaux dans la main, ce qui est encombrant et peut être dangereux, il est préférable de réduire la distance d’encordement en faisant des anneaux autour du buste.

Ce type de manœuvre de corde est souvent utilisé lors d’une course. Savoir l’utiliser fait gagner beaucoup de temps.

Sur glacier découvert facile

Les membres s’encordent à faible distance l’un de l’autre afin d’éviter que la corde ne traîne sur la glace et les cailloux. Le plus expérimenté peut garder deux ou trois anneaux dans la main.

Sur glacier recouvert de neige

L’intervalle entre les deux membres devra être beaucoup plus grand (au moins 15 mètres) et la progression se fera corde tendue sans anneaux à la main. Chaque membre aura fait une réserve de corde autour du buste afin de pouvoir installer un mouflage au cas ou l’un ou l’autre sentirait tout à coup le vide sous ses pieds. Chacun aura également installé une poignée sur la corde sous forme d’une boucle de cordelette fixée à l’aide d’un nœud de prussik. La poignée permet de tenir la corde et aide à retenir une chute. Elle permet également de bloquer la corde en fixant la poignée à une broche à glace par l’intermédiaire d’un mousqueton.

Tout en progressant, chacun doit penser à celui qui le suit et adapter sa vitesse de marche en conséquence. Celui qui vient de franchir lentement un passage délicat ne devra reprendre sa vitesse antérieure, plus rapide, que lorsque les suivants l’auront franchi également. Ceci est également approprié lors des changements de direction.

Sur une arête

Sur une arête de rocher ou de neige sans difficultés particulières mais relativement étroite, où une chute peut avoir des conséquences dramatiques, et si les membres de la cordée jugent pouvoir progresser ensemble, ils le feront en étant encordés très court – juste pour ne pas se marcher sur les talons – et seul le premier de cordée aura un nombre réduit d’anneaux à la main.

De cette manière, il pourra « sentir » les réactions de son compagnon et rétablir un équilibre qui se rompt avant que celui-ci ne se transforme en chute.

Corde toujours tendue

Lors de la progression, la corde doit toujours être tendue pour éviter qu’elle s’accroche, se coince, détache des pierres, se prenne dans les jambes et déséquilibre le grimpeur, et pour permettre d’enrayer une glissade avant qu’elle n’ait pris trop de vitesse.