Objectif Montagne

Initiation à l'alpinisme et conseils pour pratiquer la montagne en toute sécurité

Avant-propos

Posté par on Fév 21, 2013

Prétendre que l’alpinisme n’est pas dangereux serait manquer d’honnêteté intellectuelle; y voir la source de tous les dangers serait se priver d’une activité enrichissante. J’aime à ce propos mentionner que les risques me semblent beaucoup plus importants sur la route, que ceux que je prends lors de la course elle-même. Cependant, les plus grands dangers que court le montagnard ne sont pas dans la montagne; ils sont en lui. Ce sont l’ignorance, l’irréflexion et la présomption. Dans un accident, la part de la fatalité est infime comparée à la grande part de responsabilité de la victime elle-même. L’usage a consacré une classification des dangers en deux catégories: les dangers objectifs et les dangers subjectifs. Les premiers sont inhérents à la nature de la montagne et au temps; ils ne peuvent être que réduits. Les seconds, relèvent du montagnard lui-même et de ce fait devraient, et peuvent généralement être évités. Si malgré tout un accident arrive, que faire ? > Les dangers...

Lire la suite

Les observations caractéristiques

Posté par on Fév 19, 2013

Le vent Il faut attacher beaucoup d’importance à l’annonce par la météo de « vents instables » ou « vents variables et faibles ». Ces termes sont liés à un temps à évolution diurne et on peut s’attendre à une aggravation des conditions météorologiques dans la journée ou au plus tard le lendemain. L’association de l’instabilité et du vent variable et faible conduit souvent à la formation d’orages. Un vent fort pendant la nuit suivit par des températures élevées le matin sont des signes annonciateurs de mauvais temps. En revanche, si la nuit a été froide et sans vent et qu’il y a du brouillard dans les vallées le matin, la journée sera belle. La « montagne qui fume » Lorsque du sommet de la montagne se détache horizontalement un panache blanc et que la forme de celui-ci varie constamment tout en gardant une direction constante, deux interprétations peuvent être données. Si le panache est translucide et s’il prend naissance sur un sommet enneigé, alors il peut être constitué de cristaux de neige emportés par le vent. Ce phénomène se produit uniquement par beau temps, et il constitue un bon moyen de connaître la direction du vent en altitude. Si le vent est orienté nord, le beau temps tiendra au moins toute la journée. Si en outre, on décèle une composante est, on peut être sûr qu’il fera encore très beau le lendemain. En revanche, si le panache est orienté au sud, il est probable que le temps s’aggravera dès le lendemain. Un phénomène similaire peut être dû à la formation d’un petit nuage. Dans ce cas le panache est beaucoup plus important que le précédent. Cela signifie que les vents en altitude sont modérés à forts et que l’atmosphère est humide et instable. Mais comme les forts courants détruisent l’instabilité on peut considérer que le beau temps persistera quelle que soit la direction du vent. Les nuages lenticulaires Ces nuages sont dus à la déformation de l’écoulement horizontal de l’air par le relief. Ils témoignent de la présence de vents modérés à forts en altitude. En général, ils annoncent l’arrivée d’une perturbation qui peut atteindre la région dans les 24 heures. Les halos Les halos autour du soleil et de la lune dénotent la présence d’un voile fin de nuages appelé cirro-stratus. C’est le signe précurseur de l’arrivée du mauvais temps dans quelques heures, ou dans une demi-journée tout au plus. Les traînées d’avion...

Lire la suite

La météo en été

Posté par on Fév 17, 2013

Etant donné que l’on traite ici de l’alpinisme d’été uniquement, on va donc examiner les situations météorologiques d’été et d’automne. La zone de référence étant les Alpes du nord. Les situations météorologiques d’été sont caractérisées par: une faible circulation de l’atmosphère (vents en altitude généralement faibles), ce qui entraîne une évolution lente des conditions, la prépondérance des courants verticaux sur les déplacements horizontaux, dus à des échanges thermiques importants. Ainsi la prévision du temps est-elle plus difficile en été qu’en hiver. En été, l’échéance de la prévision, utile au montagnard, est de 24 à 36 heures alors que durant l’hiver elle est souvent de 48 heures et peut atteindre parfois 3 jours. Pour des prévisions locales plus fines l’échéance va même du matin pour l’après-midi et la nuit suivante. > Types de temps...

Lire la suite

Géographie et Milieu Alpin

Posté par on Fév 10, 2013

Géographie Le massif des Alpes est un ensemble montagneux qui s’étend sur 1200 kilomètres, du col d’Altare en Italie, à Vienne en Autriche. Il est partagé par huit pays : l’Italie, la France, Monaco, la Suisse, l’Autriche, le Liechtenstein, l’Allemagne, et la Slovénie. Sa largeur varie de 130 à 250 km. Les Alpes peuvent être subdivisées en trois entités: les Alpes occidentales (de la Méditerranée au Valais), les Alpes centrales (entre le Valais et les Grisons), et les Alpes orientales (des Grisons à Vienne). Ce massif couvre environ 300.000 km2 et est peuplé de quelques 13 millions de personnes. Soit une densité de 43 habitants au km2. Une densité élevée pour un massif montagneux. L’ensemble du relief de la chaîne des Alpes peut être visualisé ci-dessous. Agrandir la carte Des informations détaillées sur la géologie, la géographie physique et la géographie humaine des Alpes sont disponibles sous l’article Alpes de l’encyclopédie Larousse. Milieu Alpin En montagne, la végétation change progressivement selon l’altitude, l’exposition au soleil, et la situation géographique du massif montagneux. On distingue cinq « étages » ou écosystèmes successifs, avec pour chacun un paysage et une végétation caractéristique: étage collinéen, jusqu’à 800m d’altitude étage montagnard, entre 800m et 1400-1700m étage subalpin, entre 1400-1700m et 1800-2400m étage alpin, entre 1800-2400m et 3000m étage nival, au-dessus de 3000m Davantage d’information sur WikipédiA à la rubrique Flore des Alpes. En principe, le randonneur ne s’aventure pas au-delà de l’étage alpin. Le montagnard, lui, va monter plus haut et évoluer sur un terrain où prédominent les roches, la neige et la glace. Ces éléments imposent de faire une distinction fondamentale entre différents types de progression. Nous y reviendrons plus tard lorsque nous aborderons l’étude des différentes techniques de progression. Toutes les roches ne sont pas propices à la pratique de l’escalade. Il y a toutes celles du géologue, et celles qui font la joie du montagnard. Respect de l’environnement Le montagnard, respectueux de l’environnement, s’efforcera de préserver le milieu dans lequel il évolue. Pour l’aider dans cette démarche, le CAS met à disposition un aide-mémoire sur les bonnes pratiques à observer lors des courses en moyenne et haute montagne. > Les roches du...

Lire la suite